Spanish
Français

Secteurs BioTech et MedTech : une époque favorable aux investissements privés

Après la phase la plus aigüe de la crise économique, plusieurs sociétés de capital risque, spécialisées en biotechnologie et medical devices, ont été capables de clore leurs nouveaux fonds respectifs tout au long de 2014 et 2015 en Espagne.

Tout d’abord, Caixa Capital Risc a fermé en 2014 son nouveau fonds Caixa Innvierte Biomed II, de 38 millions d’euros avec lequel plusieurs opérations ont déjà été menées, telles que Minoryx ou Sanifit, respectivement de 1,6 et 3,6 millions d’euros. En outre, très récemment, Caixa Capital Risc a annoncé la création du programme CaixaImpulse, qui financera 15 projets early-stage annuels avec une enveloppe financière de 56 000 €[1]. Par ailleurs, Caixa Capital Risc continue de réaliser des investissements de plus petite taille via son véhicule Caixa Capital Micro.

En ce qui concerne Caixa Capital Risc, un des facteurs de succès pour pouvoir assurer la levée du nouveau fonds a été la contribution du CDTI (agence publique d’appui au développement et financement d’entreprises innovantes en Espagne) à travers l’outil INNVIERTE. Un des objectifs visés par le programme INNVIERTE est de promouvoir l’entrée de capital privé au sein d’entreprises technologiques espagnoles. INNVIERTE cherche à attirer des investisseurs privés potentiels, afin qu’ils apportent leurs connaissances des marchés et technologies, des opportunités d’accès à de nouveaux clients et des possibilités d’internationalisation.

Inveready est un autre exemple de fonds qui a suivi le même parcours avec la levée du fonds Inveready Innvierte Biotech II, d’environ 17 millions d’euros. Plusieurs opérations ont déjà été réalisées, notamment celles d’Ojer Pharma et d’Avizorex, de respectivement 600 000 et 2,5 millions d’euros.

Dans ce contexte il faut également souligner le fonds Heahlthequity, promu par le « Col·legi Oficial de Metges de Barcelona » (Collège de Médecins de Barcelone), qui en 2011 a constitué son véhicule d’investissement de 8 millions d’euros. Ce fonds, dirigé par le Dr. Lluís Pareras, a déjà réalisé plusieurs investissements tels que nLife et Minoryx.

Enfin, le principal investisseur du secteur, Ysios Capital, annonçait en 2014 la première levée de son deuxième fonds avec 52 millions d’euros. Il est prévu que la deuxième levée atteigne les 100 millions. Cette société d’investissement, qui clôt des opérations aussi bien au niveau national qu’international, a investi dans Prexton Therapeutics (Suisse) et Aura Biosciences (USA) avec son deuxième fonds.

Ainsi, entre Caixa Capital Risc, Inveready, Ysios Capital et Healthequity, il existe en ce moment 115 millions d’euros disponibles pour les entrepreneurs en biotechnologie, medical devices et diagnostic.

En considérant qu’un tour de financement moyen pour une biotech ayant pour objectif d’atteindre la phase I est de 4 millions d’euros, et que le premier tour pour une medtech est de 2 millions, cette quantité permettrait de financer 20 biotech et 16 medtech, soit un nombre considérable d’entreprises. Nous sommes bien dans phase temporelle très intéressante en ce qui concerne l’investissement privé.

 


[1] www.caixacapitalrisc.es

 

 

About the author

< Read more

 

Commentaires (0)

Aucun commentaire trouvé !

Écrire un commentaire

J'accepte la politique de confidentialité d'e 'Antares HealthLines et je donne mon consentement pour la cession de mes données afin de recevoir plus information

 

Copyright © 2016 Antares Consulting.