Spanish
Français

Réorganiser les services d’urgence belges : vers un système plus efficient

En Belgique, il y a plus de services d’urgence que d’hôpitaux, mais leur activité est faible, surtout de nuit. Face à ce déséquilibre, le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE), une institution indépendante qui conseille le Gouvernement de la Belgique dans les décisions ayant trait aux soins de santé et à l’assurance-maladie, a établi un rapport qui analyse la situation actuelle des services d’urgence belges et qui propose des possibles réformes pour une utilisation plus efficiente des ressources, tout en conservant l’accessibilité et la qualité des soins.

Situation actuelle des services d’urgence

Tous les hôpitaux belges ont un service d’urgence, et les hôpitaux qui ont plusieurs sites hospitaliers disposent souvent d’un par site. En 2015, la Belgique comptait 139 services d’urgence, cela signifie 1,24 service d’urgence pour 100 000 habitants, un chiffre considérable en comparaison avec d’autres pays. Malgré la grande accessibilité, l’afflux de patients varie beaucoup d’un centre à l’autre et, dans de nombreux cas, il est faible. La moitié des services ont en moyenne moins de 55 contacts sur 24 heures, et moins de 6 par nuit. En outre, la répartition des services sur le territoire ne répond pas à une logique cohérente. Cela se traduit par la faible optimisation des ressources.

Au cours des dernières années, le nombre de personnes qui se présentent aux urgences a augmenté considérablement. Les services d’urgence ont pris en charge 3 millions de personnes en 2009 et en 2012 le chiffre avait atteint 3,2 millions. La tendance à la hausse a obligé à consacrer plus de fonds aux services d’urgence. Néanmoins, d’un point de vue médical, de nombreux patients qui se sont présentés aux urgences pourrait aussi bien être traité par un médecin généraliste.

Afin d’améliorer les conditions de travail des médecins généralistes et de soulager la charge de travail des services d’urgence, la Belgique a créé 70 postes de garde de médecine générale depuis 2003. Compte tenu du modèle actuel de ces centres (heures d’ouverture limitées, localisation en dehors du milieu hospitalier, manque d’accords pour orienter les patients) et la méconnaissance de ces postes par la population, cet investissement n’est pas parvenu à réduire le nombre de contacts des urgences. Les hôpitaux continuent d’être les centres de référence pour les urgences en Belgique.

En ce qui concerne le système de financement, le budget alloué aux services d’urgence dépend principalement de l’activité de chaque hôpital. Les médecins de garde sont payés à partir du budget de l’hôpital qui dépend du nombre d’admissions. Ce système ne tient pas suffisamment compte l’activité des services d’urgence.

Recommandations pour améliorer l’efficience des services d’urgence  

  • Limiter le nombre de services d'urgence.
  • Fusionner les postes de garde de médecine générale (ouverts 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7) et les services d'urgence avec une porte d'entrée commune. Une équipe clinique déterminera si le patient doit être dirigé vers le service de médecine générale ou vers le service d'urgence. 
  • Prévoir un financement mixte comprenant une composante fixe importante pour la fonction de disponibilité d’urgence et une composante variable basée sur le nombre de contacts du service d’urgence. Les médecins d’urgences et les médecins de soins primaires recevront un honoraire par jour ou par garde qui se complètera avec un honoraire par nombre de patients (inférieur au montant actuel).
  • Unifier le ticket modérateur entre les permanences de médecine générale et les services d’urgence pour qu’il n’y ait d’avantage financier pour le patient à se rendre aux urgences au lieu de consulter un médecin généraliste. Le ticket modérateur sera payé une seule fois, à condition que le patient se conforme à la proposition de soins que lui propose le triage.

Afin que la réorganisation des services d’urgence soit efficiente, tout en préservant l’accessibilité et la qualité des soins, le KCE recommande de mettre en place une campagne d’information pour faire connaître aux citoyens les rôles respectifs et la disponibilité des médecins généralistes et le bon usage des services d’urgence hospitaliers.

Source : KCE. Organisation et financement des services d'urgence en Belgique: situation actuelle et possibilités de réforme. Mars 2016. https://kce.fgov.be/sites/default/files/page_documents/KCE_263_Bs_Organisation_et_financement_des_services_durgence.pdf

About the author

< Read more

 

Commentaires (0)

Aucun commentaire trouvé !

Écrire un commentaire

J'accepte la politique de confidentialité d'e 'Antares HealthLines et je donne mon consentement pour la cession de mes données afin de recevoir plus information

 

Copyright © 2016 Antares Consulting.