Spanish
Français
L’enjeu de l’acces a l’innovation

L’enjeu de l’accès a l’innovation

Implanter des processus disruptifs dans les structures organisationnelles rigides*

*cet article s'appuie sur les données du marché espagnol.

Le système de santé est un des secteurs les plus innovants. Si nous observons l’investissement en R+D+i sur les ventes du secteur, l’industrie pharmaceutique, biotechnologique et l’industrie des équipements sanitaires sont celles qui investissent le plus dans les innovations (cf. Schéma 1). Cependant, l’un des principaux défis est l’accès à ladite innovation ; en particulier, à son financement.

Schéma 1. Investissement en R&D sur le total de facturation (secteur industriel)

L’innovation en technologies sanitaires a contribué de manière déterminante à améliorer l’état de santé de la population. En effet, plusieurs études estiment1  que 40% de l’amélioration en santé s’explique par l’innovation en médicaments. 

Malgré sa contribution dans l’amélioration de la santé, l’objectif des technologies médicales est toujours au centre du débat sur la pérennité des systèmes de santé, principalement pour son coût élevé (généralement supérieur à la technologie qu’elles substituent) et parce qu’elles sont la cause principale de croissance des dépenses. 

Une part de l’innovation concerne les médicaments et équipements (médicaments, vaccins, dispositifs, etc.): il s’agit de l’innovation en produit. Une seconde partie concerne l’innovation en processus (une nouvelle technique chirurgicale, une nouvelle approche thérapeutique, l’ambulatorisation d’un processus, etc.). 

Dans les deux cas, produit et processus, cette innovation peut être de rupture (cela suppose un changement radical dans le processus de soins) ou continue (cela suppose une amélioration qualitative significative dans les prestations de soins).

Schéma 2. Typologie des innovations dans le secteur de la santé

 

Dans un contexte comme celui des systèmes de santé européens, et dans le système espagnol en particulier où le financement tend à être insuffisant face aux besoins de dépenses, financer l’innovation devient un enjeu. Notamment l’innovation à fort impact économique, c’est celle qui requiert une dotation économique initiale importante, que ce soit une dépense (l’unité de production acquise est supérieure à la technologie actuelle) ou bien un investissement (la nouvelle génération d’équipements ou de dispositifs suppose un investissement élevé pour l’hôpital).

Au cours des dernières décennies, en Europe, un effort important a été réalisé pour se doter des instruments nécessaires pour financer l’innovation, bien qu’elle se fasse lentement et de manière moins approfondie que prévu. Cette étape est indispensable mais pas suffisante, la solution serait de pouvoir transformer le résultat attendu de coût-efficacité (pas seulement une pré-acquisition technologique théorique). En effet, avec l’évaluation coût-efficacité il est possible de ne pas intégrer la technologie qui ne remplit pas ce critère (et éliminer les prestations non efficaces) mais il n’est pas certain que ce coût-efficacité se matérialise. En réalité, une technologie est souvent ajoutée sans substituer celle qui aurait dû l’être! 

L’implantation des technologies de soins se fait dans un contexte très rigide: les hôpitaux publics de gestion directe représentent la forme d’organisation majoritaire en Espagne.

Il est nécessaire de fournir à ces hôpitaux publics des outils de gestion plus flexibles leur permettant de faire face à ces obstacles actuels qui empêchent de capter la valeur générée par l’innovation.

Ces rigidités structurelles sont

Rigidités organisationnelles

Rigidités dans le cadre de la gestion des relations de travail

Rigidités dérivées de la profession sanitaire

Rigidités associées à la gestion économique et à la temporalité

Et rigidités dans le modèle d’achat de l’innovation

La principale conséquence de ces rigidités structurelles est un système avec une faible productivité. Bien qu’il existe beaucoup d’indicateurs qui montrent que la qualité des soins est bonne, il existe peu d’analyses sur la capacité des soins et la productivité de l’ensemble du Système National de Santé.

Dans notre rapport de 2010 sur la “Viabilité Financière du système sanitaire”3, nous avions indiqué l’absence de données et l’analyse systématique des questions de productivité. La faible productivité n’est pas un problème individuel, ni un problème qui incombe aux différents groupes professionnels, mais c’est le résultat d’un modèle organisationnel et d’un cadre de relations professionnelles étroites.

D’autre part, si nous analysons la productivité des équipements installés, tant dans les hôpitaux privés que publics spécialisés en Espagne, nous observons qu’elle est basse si nous la comparons avec les standards internationaux (cf. Tableau 1).

Tableau 1. Nombre d’actes par recours réalisés annuellement en Espagne, Hôpitaux Publics et Standard  

RECOURSHôpital PublicStandardProductivité Hôpital Public
Blocs opératoires 8311.00083,1%
Hôpital de jour30348063,1%
Equipements RM5.5608.50065,4%
Equipements TC7.10711.00064,9%
Equipements PET TAC2.4843.50071,0%


En résumé, les organisations sanitaires en Espagne présentent une rigidité organisationnelle significative, qui ne facilite pas l’interception de la valeur créée à travers de meilleurs résultats et des moindres coûts, engendrée par l’innovation. Ces rigidités dérivent vers un système peu productif. 

Cependant, le défi reste clair : transformer l’impact de ces innovations en améliorations pour les organisations, qui contribuent à financer le coût élevé de l’innovation.

Face à cette situation, les organisations sanitaires devraient être orientées vers la matérialisation de valeur générée par l’organisation (meilleurs outcomes, moindres coûts que ceux provisionnés), avec l’objectif de pouvoir financer le coût de l’innovation grâce à la valeur obtenue par le biais de la refonte intégrale du processus. Pour cela, nous proposons cinq recommandations pour matérialiser ladite valeur:

1. Continuer les efforts afin de nous doter des instruments nécessaires.

2. Apprendre à mesurer la valeur de l’innovation envers les organisations sanitaires.

3. Réduire les rigidités structurelles des organisations.

4. Investir dans une culture d’innovation.

5. Consolider un objectif d’investissement pour l’innovation. 

 

Accéder à l’intégralité du document : 

Barrubés J, Honrubia L, Día O, de Vicente M. El reto del acceso a la innovación: Implantar procesos disruptivos en estructuras organizativas rígidas. Barcelona: Antares Consulting; 2018

Disponible sur :

https://www.antares-consulting.com/es_ES/main/detallepublicacion/Publicacion/137/apartado/C/idUnidad/4

 

[1] Lichtenberg FR. The impact of new drug launches on longevity. Evidence from longitudinal disease level data from 52 countries. 1982-2001. Int J Health Care Finance and Econ. 2005;5(1):47-73.

[2] La relation coût-efficacité d’une intervention thérapeutique ou préventive est la relation qu’il y a entre le coût de l’intervention et une mesure pertinente de son résultat. Le coût se réfère à la ressource dépensée dans l’intervention, en général il se mesure en termes monétaires. La sélection de la mesure du résultat doit se baser sur un jugement clinique dans le contexte de l’intervention considérée (par exemple, la réduction de mm Hg dans la pression artérielle, durée de vie ajustée par rapport à la qualité de vie ou durée de vie potentiellement perdue).

[3] Gil V, Barrubés J, Álvarez JC, Portella, E. Sostenibilidad financiera del sistema sanitario: 10 medidas estructurales para afrontar las causas del crecimiento del gasto. Barcelona: Antares Consulting; 2010

About the author

< Read more

 

Commentaires (0)

Aucun commentaire trouvé !

Écrire un commentaire

J'accepte la politique de confidentialité d'e 'Antares HealthLines et je donne mon consentement pour la cession de mes données afin de recevoir plus information

 

Copyright © 2016 Antares Consulting.