Spanish
Français

L’engagement du G7 santé pour répondre aux défis mondiaux du secteur

Cet engagement est axé sur la santé publique, le vieillissement, la résistance aux antimicrobiens, et l’appui à la recherche.

 

Les 11 et 12 Septembre, le G7 santé s’est réuni à Kobe (Japon). Les Ministres de la Santé et des hauts représentants du secteur du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, des États-Unis, du Royaume-Uni ainsi que le Commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire, ont analysé les principaux défis de la santé mondiale, en suivant les thèmes annoncés dans le sommet d’Ise-Shima du mois de Mai.

 

Cette rencontre a donné lieu à un manifeste où les représentants ont identifié quatre domaines principaux qu’il faut traiter au niveau mondial, pour atteindre les objectifs de développement durable inscrits dans l’agenda 2030, et dont beaucoup sont directement ou indirectement liés à la santé. Les quatre priorités majeures établies à Kobe sont :

 

 

1. Renforcer la structure globale de la santé pour faire face aux urgences de santé publique. 

En ce sens, le groupe de représentants a souligné son soutien à l’OMS et à l’OCHA pour standardiser des procédures humanitaires et de santé pour répondre aux urgences sanitaires mondiales. De la même manière, ils ont explicité leur soutien au Global Health Crises Task Force (SGNU) et au nouveau programme d’urgences sanitaires de l’OMS. Ainsi, le G7 souligne son engagement en assurant des mécanismes pour répondre aux urgences de santé publique, et en poursuivant la préparation de ressources au niveau local et mondial.

 

Par ailleurs, le groupe rappelle dans ce manifeste l’importance de maintenir et de mettre en œuvre la Réglementation Sanitaire Internationale (IHR en anglais), en tant que consensus d’un total de 196 pays qui sont en faveur de la santé publique mondiale et la prévention de ce type d’urgences.

 

2. Obtenir une couverture universelle de santé ainsi que la promotion de la santé, en ciblant le vieillissement actif.

Le G7 soutient la couverture universelle de santé et, de cette manière, les systèmes sanitaires basés sur la résilience, inclusifs, abordables et équitables, prêts à faire face aux défis majeurs de la santé mondiale : les maladies infectieuses, les maladies non transmissibles, la malnutrition, la santé reproductive et la promotion de la santé dans toutes les étapes de la vie. Concrètement, le groupe insiste pour que ces systèmes répondent aux populations vulnérables : les enfants, les adolescents, les personnes âgées, les immigrants ou les réfugiés.

 

A cet égard, en plus de soutenir les mécanismes permettant d’atteindre cet objectif, le G7 rappelle que dans les Objectifs de Développement Durable, un engagement a été fait pour mettre fin à des épidémies telles que le SIDA, la tuberculose, le paludisme et d’autres maladies tropicales. De cette façon, le groupe met également sur la table l’interdépendance de tous les objectifs du millénaire : la nécessité par exemple, d’améliorer l’accès à l’eau potable et les conditions d’hygiène pour réussir à éradiquer ce type de maladies. 

 

En outre, le vieillissement de la population pose un défi social et aussi économique, et il est nécessaire de discerner la manière dont les systèmes sanitaires et sociaux actuels peuvent être maintenus. Il convient donc de soutenir la recherche continue et visant cet objectif, à la fois dans le secteur social, économique et technologique. A ce propos, le G7 souligne la nécessité d’adopter des mesures pour promouvoir le vieillissement actif et en bonne santé, ainsi que la stratégie et le plan d’action mis en place lors de la 69ème Assemblée mondiale de la Santé. 

 

 

3. Combattre les niveaux élevés de Résistance aux Antimicrobiens. 

Le groupe met l’accent sur la nécessité d’améliorer la prévention des infections et les mesures de contrôle, et invite les pays à mettre en œuvre le Plan d’action mondial pour combattre la résistance aux antimicrobiens de l’OMS, et le Système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (GLASS). Il exhorte aussi à soutenir les pays avec moins de ressources pour contrôler et surveiller la résistance antimicrobienne. Le G7 souligne de cette manière le besoin de préserver l’efficacité des antimicrobiens comme un bien public mais à condition de les utiliser prudemment.

 

 

4. Promouvoir la recherche, le développement et l’innovation.

Le G7 reconnaît l’importance du rôle joué par la recherche axée sur l’amélioration de la santé et des systèmes sanitaires. Conscient des défis actuels pour promouvoir cette recherche, le groupe met sur la table la nécessité de garantir des mécanismes permettant de l’accélérer, en particulier dans le domaine de la santé publique et dans d’autres domaines qui supposent aujourd’hui des défis. 

De ce fait, un appel est fait à la communauté internationale pour promouvoir la mobilisation des ressources que soutiennent la recherche, le développement et l’innovation.

 

 

Accès au document original:

About the author

< Read more

 

Commentaires (0)

Aucun commentaire trouvé !

Écrire un commentaire

J'accepte la politique de confidentialité d'e 'Antares HealthLines et je donne mon consentement pour la cession de mes données afin de recevoir plus information

 

Copyright © 2016 Antares Consulting.