Spanish
Français

16% des contrefaçons de médicaments sont vendues en Europe

En Europe, 10 500 millions d’euros de contrefaçons de médicaments sont en circulation, ce qui correspond à 16% du montant mondial total de €67 000 millions.

1. Contexte et étendue du problème

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, les médicaments falsifiés sont des produits intentionnellement et frauduleusement élaborés et/ou mal étiquetés en ce qui concerne leur identité et/ou leur origine pour simuler l’originalité du produit1.

Ces dernières années, le trafic de faux médicaments a augmenté considérablement au niveau mondial, avec une progression de +90% entre 2005 et 2010.

Cette situation est principalement liée à l’infiltration de ce genre de médicaments dans le système de distribution européen et à l’utilisation exponentielle d’Internet.

Néanmoins, quantifier la portée de ce problème de manière précise représente une tâche difficile pour diverses raisons :

  1. Il s’agit d’un marché illégal, où les contrefacteurs utilisent les méthodes à leur disposition pour éviter d’être détectés.
  2. La diversité des sources d’information ainsi que des méthodes utilisées pour l’élaboration d’études et de rapports, rend difficile la consolidation de données statistiques, d’autant plus selon le degré de développement du pays.
  3. L’information concernant un cas sous enquête judiciaire n’est généralement disponible qu’une fois l’enquête finalisée.

De plus, la fréquence de la commercialisation de ce genre de médicaments varie considérablement d’une région à l’autre. Le graphique ci-après présente une quantification des incidents par région en 2011 (on entend par incident la découverte d’un médicament falsifié, détourné illégalement ou volé).

Comme nous pouvons le constater, il s’agit d’un sujet inquiétant. L’Europe se place au troisième rang, pas loin de l’Amérique Latine. Le principal pays producteur de faux médicaments est la Chine, suivie de l’Inde et la Russie.

irene1fr

 

Malgré la difficulté que représente la quantification du trafic de contrefaçons de médicaments, plusieurs études ont été menées, telles que le rapport Cracking Counterfeit Europe, par Pfizer (2010), afin d’évaluer, dans la mesure du possible, la portée de ce problème :

irene2fr

 

2. Mesures légales contre la contrefaçon de médicaments

L’augmentation de la piraterie dans ce marché invite à réfléchir sur le besoin urgent, apparu ces dernières années, de développer des mesures légales pour pouvoir contrôler et minimiser le trafic de médicaments falsifiés. Ceci implique un travail en commun de la part des citoyens, de l’industrie, des gouvernements et autres acteurs d’intérêt.

Ci-après, voici quelques initiatives significatives ayant été mises en place :

  • La première date de 2006 avec l’OMS et l’organisation de l’International Medical Products Anti-Counterfeiting Taskforce (IMPACT), pour coordonner les mesures nécessaires afin d’éviter la production, distribution et le commerce de médicaments et produits falsifiés.
  • En octobre 2011, une initiative à caractère contraignant a été développée en Europe pour lutter contre les médicaments falsifiés : la Convention « Medicrime »3 du Conseil de l’Europe, qui oblige les états membres à agir de manière efficace contre les médicaments falsifiés, et prévoit également des mesures de protection des victimes de ces activités, des campagnes de sensibilisation, de formation des professionnels de santé et de sécurité, et de coopération internationale.
  • En Espagne, l’Agencia Española de Medicamentos y Productos Sanitarios, a mis en place en 2008 la Stratégie contre les médicaments falsifiés, qui de manière coordonnée avec toutes les parties prenantes (industrie, professionnels de santé, patients, etc.), a pour objectif de contrôler et éviter toutes les tentatives d’introduction de ces médicaments dans le marché pharmaceutique.

3. Idées clés

Compte tenu du fait qu’il s’agit d’un marché illégal, il est très difficile de le quantifier. Peu d’études ont été réalisées pour évaluer l’ampleur de ce problème, la plus significative étant l´étude Cracking Counterfeit Europe développée par Pfizer (2010), citée auparavant.

L’usage exponentiel d’Internet ainsi que les différences de développement entre pays font que nous nous trouvions face à une situation d’une importance vitale, tant pour la santé des citoyens que pour la transparence économique des pays.

Certaines mesures légales ont été développées pour lutter contre ce problème, aussi bien au niveau mondial que national, en Europe et dans les pays membres, afin de contrôler et de prévenir ce trafic illégal.

La sensibilisation de tous les impliqués : citoyens, professionnels de la santé, industrie et gouvernements est essentielle pour une mise en œuvre réussie de ces mesures et ainsi pouvoir contrôler et éliminer ce problème.

 


 

Références :

1. www.who.int/mediacentre/factsheets/fs275/es/

2. www.psi-inc.org/spanish/geographicdistributions.cfm

3- conventions.coe.int/Treaty/EN/Treaties/Html/211.htm

About the author

< Read more

 

Commentaires (0)

Aucun commentaire trouvé !

Écrire un commentaire

J'accepte la politique de confidentialité d'e 'Antares HealthLines et je donne mon consentement pour la cession de mes données afin de recevoir plus information

 

Copyright © 2016 Antares Consulting.